Les investisseurs institutionnels en quête de diversification

Les investisseurs institutionnels se tournent de plus en plus vers les actifs non cotés, dans un contexte de préoccupations géopolitiques et de craintes d’un ralentissement économique mondial imminent, indiquent les résultats de l’étude Schroders Institutional Investor Study 2019. Plus de la moitié d’entre eux (52 %) envisagent d’augmenter leur allocation à ces classes d’actifs au cours des trois prochaines années, surtout en Amérique du Nord (58 %) et en Asie (50 %). Dans le monde entier, les investisseurs citent la nécessité de générer des rendements plus élevés et de diversifier leur portefeuille comme les deux principaux facteurs les incitant à investir en actifs privés. Parmi la palette d’actifs privés, le private equity est considéré comme la première source de rendements potentiels plus élevés quand 69 % des investisseurs anticipent des rendements supérieurs à 5 %. Ils sont 37 % à avoir l’intention d’augmenter leur allocation à cette classe d’actifs en la plaçant largement devant la dette privée, l’infrastructure equity et l’immobilier. « Dans l’environnement de marché actuel, les investisseurs sont particulièrement intéressés par des stratégies basées sur des “compétences opérationnelles approfondies”, et dont la performance est effectivement le fruit du “savoir-faire” des équipes d’investissement. Il s’agit par exemple des rachats d’entreprises à petite et moyenne capitalisation en private equity ou des stratégies différenciées de création de valeur ajoutée dans le secteur de l’immobilier. Dans ces domaines, la performance des investissements est considérablement moins influencée par les cycles du marché », explique Georg Wunderlin, Global Head of Private Assets, Schroders. Aviva Investors partage le constat de Schroders. Dans son Real Assets Survey 2020, la filiale de gestion d’actifs de l’assureur britannique révèle que 51 % des compagnies d’assurance et 37 % des fonds de pension pensent augmenter leurs investissements dans les actifs réels afin de chercher du rendement. Les conclusions de l’enquête mettent en évidence l’importance croissante des enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) pour les investisseurs, ainsi que la volonté de montrer l’intérêt d’investir sur des actifs réels au-delà du simple rendement financier. Pour 9 sondés sur 10, les facteurs ESG occupent une place importante dans leurs prises de décision en matière d’investissement. Pour Mark Versey, directeur des investissements d’Aviva Investors Real Assets, « le vif appétit pour les actifs réels n’est pas surprenant compte tenu des incertitudes politiques et économiques mondiales. En plus d’offrir aux investisseurs des revenus adaptés à leurs besoins et une diversification supplémentaire, les rendements de ces classes d’actifs ont été solides et soutenus par la prime d’illiquidité qu’ils peuvent offrir ».

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.