Haro sur le sucre !

Le constat de Candriam est sans appel. Le sucre constitue le nouveau facteur de risque majeur pour les entreprises du secteur de l’alimentation et des boissons. Il représente désormais la principale cause d’obésité. Les études menées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) indiquent que le sucre constitue un facteur déterminant essentiel de la masse corporelle. Malgré ces constatations, observe le gérant, la consommation de sucres ajoutés et de graisses a considérablement augmenté et l’on estime désormais que plus d’un tiers de la population mondiale est en surpoids et que 13 % de la population sont des gens obèses. Le coût pour la société atteint un plafond insupportable – selon les estimations, les mauvais régimes alimentaires ont un impact s’élevant jusqu’à 1 ou 2 % du PIB mondial sur les coûts de santé. Le coût est à la fois important et, pour l’heure, largement caché. Candriam souligne que de nombreuses entreprises ont élaboré des stratégies claires pour répondre aux risques liés au sucre. Certaines vont même jusqu’à reprendre le thème de l’amélioration de la nutrition pour en faire une opportunité commerciale. Le gérant a toutefois constaté que les entreprises les plus exposées au sucre, Dr Pepper, Monster et Coca Cola, sont également celles qui sont le moins disposées à s’engager ou à la transparence du côté des risques associés.

Dans ce cadre, Candriam privilégie les sociétés qui mettent en place des stratégies, de la transformation des portefeuilles de produits à la transformation des recettes des produits, dans le but de faire baisser l’utilisation de sucre. Le gérant pense que cette orientation est nécessaire dans le contexte actuel de consommation et de règlementation afin que ces entreprises continuent à prospérer sur leur marché.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.