L’AMF surveille les placements atypiques

Façon d’allier l’utile à l’agréable, parfois même placement et passion, les placements atypiques séduisent nombre d’investisseurs : diamants, or, voitures de collection ou encore forêts, tout actif peut devenir un investissement. Attention cependant aux intermédiaires, car depuis la loi Sapin 2, seules les sociétés qui auront déposé un dossier auprès de l’AMF afin d’obtenir une autorisation préalable et un numéro d’enregistrement pourront en proposer. L’Autorité des marchés financiers a d’ailleurs revu pour l’occasion son règlement général et a adopté une instruction qui définit les moyens dont doivent disposer les sociétés intermédiaires pour pouvoir commercialiser ce type de placements. Ainsi, l’intermédiaire qui le souhaite doit déposer un dossier accompagné de pièces qui permettront de vérifier son honorabilité, mais aussi son expérience, ses compétences, ou encore ses moyens financiers ou humains. Charge ensuite à l’AMF d’accepter ou non d’enregistrer la société comme pouvant délivrer des placements atypiques.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici