La Bourse de Paris plie face au variant Delta

Temps de lecture constaté 1’30

La progression de l’inquiétant variant bouscule la Bourse de Paris, qui s’enfonce dans le rouge.

La potentielle quatrième vague de la covid est dans tous les esprits. Et ajoute un peu plus d’incertitudes parmi les marchés financiers, qui anticipent le temps long. Face à une progression du variant Delta qui pourrait hypothéquer la reprise économique attendue, la Bourse de Paris s’inscrit en forte baisse.

On le dit, on le répète, il ne faut pas se réjouir trop vite. Pendant que toute l’Europe a rouvert ses portes et lancent une saison estivale attendue en forme de reprise économique soutenue, la covid et son variant Delta gagnent du terrain. Déjà, les incertitudes s’accumulent sur la relance qui doit ouvrir la voie aux réformes de la dernière année du quinquennat d’Emmanuel Macron. Ralentissement de la campagne de vaccination, diffusion rapide du variant Delta et épée de Damoclès d’une quatrième vague à la rentrée, le cocktail est explosif. « Depuis un peu moins d’une semaine, l’épidémie regagne du terrain, le variant Delta qui est particulièrement contagieux, particulièrement inquiétant, gagne du terrain très rapidement », s’est ainsi inquiété le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, sur France Inter, lundi 5 juillet. Le variant Delta serait déjà responsable d’environ 40 % des cas en France, et une inflexion à la hausse a été observée ces derniers jours. Une situation encore pire Outre-Atlantique, où le variant est déjà prioritaire. Dans ce contexte, et sous la menace d’une décision de la réserve fédérale américaine (Fed) qui pourrait resserrer sa politique monétaire, les places financières européennes font la grimace. La Bourse de Paris en tête.

Chute des cours
Ce jeudi 8 juillet, la Bourse de Paris chutait de 2,52 %, vers sa plus forte baisse depuis le 28 octobre 2020, au moment du lancement du deuxième confinement. Depuis le début de la semaine le recul dépasse les 3 %. En tombant à 6 355 points, la place boursière parisienne tombe à son plus bas niveau depuis le 20 mai dernier, en baisse de plus de 4,5 % par rapport à son point haut du 17 juin. La forte circulation du variant Delta et ses mutations inquiètent de plus en plus les observateurs financiers, à juste titre. Et la réaction de la Bourse de Paris ne fait pas exception, les autres places boursières européennes n’échappent pas à cette vague de craintes. Le DAX allemand reculait de 2,10 %, le FTSE londonien de 2,01 % et l’Euro Stoxx 50 de 2,56 %. C’est la Bourse de Milan qui affichait la baisse la plus importante (-2,84 %). Outre-Atlantique, même constat : le Dow Jones, le S&P 500 et le Nasdaq ont tous évoluer en recul de près de 1,5 %. En parallèle, le contexte sanitaire provoque également un recul des rendements obligatoires : le taux américain à 10 ans est retombé à 1,25 %, au plus bas depuis mi-février.
En Europe, dans le détail des entreprises atteintes par cette mauvaise passe boursière, les entreprises bancaires et automobiles ont reculé de plus de 5 %, pendant que les secteurs de l’énergie et du tourisme reculaient de 4 %.

ABA

 

 

 

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.