Affaire Suez-Veolia, la justice s’en mêle !

Temps de lecture constaté 3’10

Alors que Veolia a formulé une OPA pour s’offrir les 70 % du capital de Suez qu’il ne détient pas, la justice est intervenue.

Passage en force pour Veolia. Dimanche 7 février, le géant des eaux a formulé une offre publique d’achat (OPA) pour s’offrir les 70 % restants du capital de Suez. Pour le moins inamicale. C’est un énième rebond dans l’affaire Suez-Veolia, qui caractérise l’incapacité des deux poids lourds français à s’entendre à l’amiable. La première OPA avait été quelque peu hostile, la seconde semble l’être davantage. Mais lundi 8 février, la justice est intervenue et le tribunal de commerce de Nanterre (92) ordonne à Veolia de suspendre toute OPA sur son concurrent Suez en attente d’un retour – apaisé – au débat.

Veolia en veut bien plus et n’hésite pas à poser sur la table 7,9 milliards d’euros pour s’adjuger les 70 % du capital qu’il ne détient pas. Le groupe dirigé par Antoine Frérot a donc lancé une offre publique d’achat à hauteur de 18 euros par action sur le capital restant. Une offensive qui passe très mal auprès de Suez : « Une démarche hostile de Veolia et un dépôt d’offre illégale. » Et pour cause, Veolia avait assuré s’engager avec « amicalité » dans le processus qui le lie à Suez. Mais face à des échecs successifs, Veolia a passé la seconde, « ses tentatives répétées d’amicalité, réitérées dans sa proposition d’offre du 7 janvier 2021, se sont toutes heurtées à l’opposition », peut-on lire dans un communiqué de la multinationale française.

Veolia avait déjà acquis 29 % du capital
L’affaire Suez-Veolia ne date pas d’hier. Pour rappel, en octobre 2020, Antoine Frérot et compagnie avaient déjà remporté une première bataille. À coup de 3,4 milliards d’euros auprès d’Engie, qui détenait à l’époque les fameux… 29,9 % du capital de Suez. Engie n’avait pas vraiment d’intérêt à attendre, l’offre de Veolia était la seule sur la table puisque le fonds d’investissement Ardian, dirigé par Dominique Senequier avait – temporairement – jeté l’éponge. Dommage pour Suez pour qui le fonds aurait pu – grâce à des discussions plus amicales – le sauver de Veolia.

Déjà à l’époque, l’opération était mal reçue – d’abord auprès de Suez qui « prend acte de la reprise par Veolia de 29,9 % de son capital, d’une manière hostile et dans des conditions inédites et irrégulières » – mais aussi auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire : « Les mariages de force, je n’y crois pas. Ça ne marche pas dans la vie et ça ne marche pas dans la vie des affaires. La position de l’État a été constante, il faut un accord amiable entre Suez et Veolia. […] Nous étions à quelques centimètres d’un accord. Nous nous sommes heurtés à l’intransigeance des uns et à la précipitation des autres. Je le regrette. […] Je souhaite que les discussions reprennent tout de suite », avait-il déclaré à l’issue du premier acte. Une mise en garde incomprise.

Le tribunal du commerce réagit
Mais, dimanche 7 février au soir, une nouvelle étape a sans doute été franchie. Et l’hostilité-amicalité s’est encore élevée d’un cran. Avec presque 8 milliards d’euros engagés, Veolia veut clairement reprendre l’intégralité du capital de Suez. Une nouvelle fois, Veolia manque à son engagement d’amicalité, la justice réagit dans la foulée via le tribunal du commerce de Nanterre, saisi par Suez. Il ordonne à Veolia de suspendre toute offre publique d’achat sur son concurrent qui ne serait pas approuvée par le conseil d’administration du groupe dirigé par Bertrand Camus. Bruno Le Maire a de nouveau martelé la nécessité de retrouver un dialogue apaisé entre les deux protagonistes : « Je vais répéter une nouvelle fois qu’une opération de cette ampleur, entre deux champions industriels, ne peut réussir que si elle est amicale. »

Pour l’heure, une audience au tribunal devrait se dérouler le 18 février. Pour Suez, si l’opération venait à aboutir et donc si Veolia parvenait à reprendre – en plus de ses 29,9 %  – les 71 % du capital qu’il ne détient pas, l’opération pourrait déboucher sur des plans sociaux : « Pour nos 90 000 collaborateurs, dont 30 000 en France, c’est la menace de pertes d’emplois » […] « On ne peut pas annoncer 500 millions de synergies et dire qu’il n’y aura pas d’impact. Je ne l’ai jamais vu de ma vie. Si on regarde Alcatel-Lucent, LafargeHolcim, GE-Alstom, chaque fois, des promesses ont été faites. Chaque fois, il y a eu des plans sociaux après », expliquait en septembre 2020 le président du conseil d’administration de Suez, Philippe Varin. Eh bien, le retour à l’amiable est loin – mais très loin – d’être gagné… GW

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.