Vie au Medef

Pour grandir un peu…

Le syndicat interprofessionnel propose des services à ses membres pour qu’ils lèvent le nez de leur business, pas forcément pour directement les faire croître.

La plus connue des organisations patronales est réputée pour son influence à l’extérieur et sa force de lobbying, dans l’intérêt de ses membres et de leur business. Mais qu’en est-il de sa capacité à générer une communauté, à créer des rapprochements et pourquoi pas des liens d’affaires entre en son sein ? Bien sûr, à l’exemple de Génération Medef créée en 2008 pour les jeunes chefs d’entreprise, on cherche à intégrer tous les âges d’entrepreneurs et à leur offrir tous les mois la possibilité de se rassembler. Mais le networking semble secondaire, ce sont d’autres enjeux qui priment.

La fin de l’isolement

« Le business n’est pas un objectif premier pour les milliers d’adhérents et les différentes branches professionnelles. Nous ne sommes pas là pour qu’ils en fassent coûte que coûte », clament nombre de dirigeants locaux, sur différents territoires. Même s’il est fort probable que des relations business se tissent, les Medef territoriaux cherchent avant tout à rompre la fameuse solitude du dirigeant par des expériences échangées, des groupes de travail selon les types d’activités, la taille… « Nous voulons avant tout faire grandir l’entreprise dans son environnement, par du lobbying et du militantisme… », résume-t-on au Medef Lyon-Rhône. L’animation de réseau existe – elle induit un annuaire et des soirées entre adhérents –, mais sans « speed meeting » par exemple. Le but principal affiché consiste à faire lever du guidon la tête de chaque membre. D’autres sont directement tournés vers le business, à l’exemple de BNI, réseau d’affaires professionnel qui a une approche différente. Bref, celui qui cherchera à venir aux soirées Medef avec dix commerciaux ne s’y retrouvera pas. L’organisation reste un syndicat interprofessionnel, réunissant des professionnels des services, de la santé, de la chimie, de la métallurgie… Ceux dont l’unique but, en fréquentant ce genre de cercle, est de construire des liens avec des acteurs proches au niveau business, ont à leur disposition les clusters et autres pôles de compétitivités pour une approche de filières. « Un témoin peut venir présenter un dispositif, une action. Mais son intervention ne constitue pas le cœur du rassemblement », évoque-t-on au Medef Lyon-Rhône. Il faut dire qu’entre Rhône et Saône une quantité importante de services pour accroître directement le business est déjà proposée par les différents pôles et chambres de commerce.

Des Medef locaux plutôt couteaux suisses

Cependant sur d’autres territoires on essaie de cumuler divers apports aux membres. « Nous avons instauré un principe d’apéro-contact, une sorte d’afterwork. L’objectif est toujours le même, celui de casser la solitude du chef d’entreprise. Dans l’Hérault le tissu économique est essentiellement constitué de TPE-PME, et nous permettons à ces dirigeants de poser leurs valises. Il n’y a pas de durée dans le temps ou de présentation formelle. Mais les gens ont aussi un porte-cartes », précise Pascale Suc, chargée de mission au Medef Montpellier Sète Centre Hérault, selon qui, « si l’environnement est agréable et les échanges fusent, des liens d’affaires peuvent apparaître ». Ces mises en contact sont organisées tous les deux mois, et ne sont pas ouvertes aux non-adhérents. Cette antenne du Medef a aussi instauré les clubs rencontres et affaires, qui sont plus formalisés avec des thématiques, et l’affichage des entreprises en A3. « Cela peut être le commerce, le tourisme… Et les dirigeants interviennent durant deux minutes au micro. Il n’y a pas plus de 15 interventions. Puis il y a des tirages au sort avec les cartes de visite, et des cadeaux sont offerts par les entreprises aux visiteurs », relate Pascale Suc. Dans ce genre de configuration on peut imaginer que les rapprochements business se font plus aisément. Plus directement, l’union pour les entreprises des Bouches du Rhône (UPE13) n’hésite pas à organiser des soirées networking. Certes le Medef Vendée organise des petits-déjeuners d’actualité, mais aussi des rencontres BtoB. Les nuances d’approches diffèrent sensiblement au sein du syndicat patronal, selon les régions.

Julien Tarby

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici