Léonidas Kalogéropoulos : « Les entrepreneurs doivent arrimer la République au monde réel »

La République représente un projet d’une exceptionnelle modernité, mais celui-ci est resté très conceptuel. Consacrée par des lois supposées structurer la société conformément à des concepts brandis en étendards (égalité, laïcité, fraternité…), la République peine à enthousiasmer, non seulement ceux qui souhaitent comprendre et partager son ambition, mais même ceux dont c’est le creuset originel, parce qu’il ne savent plus nécessairement désigner distinctement ses contours qui restent souvent trop abstraits, voire virtuels. C’est que des lois, fussent-elles de la République, ne sauraient à elles seules constituer les fondements d’une culture commune.

 

Notre projet républicain ne peut être enthousiasmant que si on le fait vivre dans le monde réel. Il faut pour cela lui conférer une dimension concrète perceptible dans l’espace public. C’est là la mission des entrepreneurs, parce que le concret est leur terre d’élection, dans tous les registres de la vie sociale.

L’humanisme dont la République est dépositaire est incompatible avec la physionomie de nos banlieues, et en particulier de certains quartiers dits « prioritaires ». Il faut reconstruire les banlieues de France. Cette tâche n’est pas celle de législateurs ; il faut des entrepreneurs prenant à bras le corps tous les contours de la complexité de ce projet, depuis la fin des ghettos, l’introduction de la mixité sociale, la fin des dortoirs jusqu’à l’édification de véritables villes, ce lieu de civilisation qui a été au cœur de la culture européenne.

La laïcité ? Où se célèbre-t-elle ? Où la visite-t-on ? Bâtissons le Panthéon des religions et de la laïcité, regroupant en un même lieu des espaces de culte dédiés aux différentes confessions et des espaces de culture pour mieux se comprendre les uns les autres. Comment mieux rapprocher les cultes qu’en faisant entreprendre ensemble des énergies inspirées de confessions différentes, unies dans la poursuite d’un objectif commun  ? Des architectes sont en mesure de concevoir l’association de toutes les symboliques religieuses pour  donner vie à un tel projet. Des fidèles inspirés par cet esprit d’ouverture, de tolérance et d’œcuménisme pourront venir y prier, et tous les élèves de France pourront venir y comprendre les religions, le fait religieux et la laïcité en actes.

De la même manière, il est nécessaire d’enrichir l’ambition républicaine d’inaugurer une société des mérites, en promouvant l’émancipation par l’entrepreneuriat, qui répond à l’aspiration de milliers de jeunes désireux d’avoir une prise concrète sur le monde qui les environne. Ainsi, à l’école, nous voulons aller plus loin et créer un journal d’entreprise numérique individuel. Ce carnet suivrait les élèves durant toute leur scolarité en rassemblant leurs centres d’intérêt, leurs matières fortes, les sujets qui les passionnent… Régulièrement, il serait soumis à des services en ligne permettant d’identifier les formations, les métiers et les innovations des entreprises pouvant les intéresser afin de construire leur projet professionnel.

Promouvoir l’esprit d’entreprendre comme nous avons su promouvoir l’Esprit des Lumières est une mission nouvelle pour les entrepreneurs de France. Ils doivent être à l’avant-garde de la réappropriation concrète de la dynamique républicaine. C’est leur responsabilité historique d’ancrer dans la réalité une renaissance de notre identité dans ce qu’elle a de plus moderne et prometteur pour l’émancipation individuelle et collective. Pendant que l’énergie créatrice démultiplie ses potentiels dans tout le pays, chacun doit savoir que prendre le chemin d’une citoyenneté entreprenante représente la meilleure promesse d’être intégré dans une collectivité nationale, chaque jour plus puissante des atouts de ses membres.”

Par Léonidas Kalogeropoulos, Président du cabinet Médiation & Arguments, Vice-Président d’Ethic, Auteur du “Manifeste et Chantiers de l’Entreprenalisme – Tous Entreprenants ! – Une nouvelle dimension de la citoyenneté au cœur du renouveau républicain” remis au Président du MEDEF en septembre 2016.

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici