« Zad », cela ressemble presque à un prénom, c’est en réalité l’un des mots nouveau forgé par l’actualité du développement durable. En effet, l’écologie construit chaque année des concepts inédits, parfois éphémères.

Développement Durable, Zad, 2014, Jane Bee
Développement Durable, Zad, 2014, Jane Bee

La Zone à défendre à la une

L’année 2014 met à la une des médias les Zones à défendre. Ces espaces naturels qui, aux yeux de militants écologistes, devraient être protégés de toute intervention humaine.

Ces Zones à défendre sont syncopées sous la mention « Zad ». Et si « Zad » marque autant les esprits c’est que sur le chantier du barrage de Sivens, le 26 octobre dernier, à 1h50, Rémi Fraisse meurt lors de violents affrontements avec les forces de l’ordre. Disparition d’un « zadiste ». Il contestait l’édification du barrage sur cet affluent du Tarn.

Mais le militantisme en faveur de l’environnement peut prendre des aspects plus quotidiens. On peut être un acteur de la « prosommation ». La « prosommation »,  c’est cette possibilité offerte à tous de concevoir le produit qu’il achète. Peut-être qu’un produit ainsi conçu sera plus citoyen et plus écolo-compatible.

 

Sur la planète bleue et le climat pleuvent les maux

Madame la Terre voit ses océans devenir « plastisphère ». Derrière ce néologisme, une mer se défigure sous le poids des sacs plastiques.

Sur les rivages en 2013 ; les journalistes s’interrogeaient : « Jusqu’où la mer peut-elle monter ? » En 2014, on est effrayé et inquiet face aux « inondations ». On évoque « les folies climatiques », « flots meurtriers dans le Gard »… Et 2014 remporte la triste palme de « l’année la plus chaude » en France et en Europe depuis 1900. Ce n’est pas qu’un réchauffement climatique, c’est un « réchauffement +++ » !

 

Le langage s’écologise

Pour pallier les variations climatiques, le menaçant « effet de serre », la « toxicité des particules », on construit des « villes durables ». Il est désormais possible d’habiter une « maison cosmique ».

« L’agro-écologie », terme utilisé pour la première fois en 1928, revient en 2014. Il définit des méthodes pour faire pousser les légumes et produire de la viande sans nuire à l’écosystème. Pour préserver la terre, le « low tech » explose : de la technologie peu gourmande en énergie et dotée d’une grande simplicité d’utilisation !

 

Ecologiquement correct mais sans les Verts

Notre époque s’ancre toujours plus dans « la transition énergétique ». Une transition qui se fait, mais sans les Verts, coincés dans un « jargon écologique ». Certains commentateurs persiflent « Les Verts prennent l’air de guignols »… Et tant pis pour « l’écotaxe » qui fait pschitt !

On sait qu’il faut « sauver la planète». Une « réforme territoriale » se déroulera bien ici, sur Terre, notre unique abri. Unique abri qui voit surgir le verbe « écologiser ». Mais l’écologie n’a-t-elle pas davantage besoin d’actions que de mots ?

Jeanne Bordeau

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici