Franky Zapata : Envole-moi !

Devrons-nous les Flyboard® et transports individuels du futur à un artisan autodidacte d’un petit village de Provence, Franky Zapata, 37 ans ?

A première vue, les images semblaient tout droit sorties d’un film d’animation futuriste en 3D. On y voyait un homme tenir dans les airs sur une petite planche, grâce au jet d’eau puissant que produisaient deux tuyères situées sous ses pieds. Le liquide de propulsion était puisé par un tube dans un plan d’eau, et l’homme pouvait ainsi tournoyer longtemps tel un cerf-volant. Cette vidéo stupéfiante fit le tour du net à partir de 2011. Qui put croire qu’elle était le fait d’un bricoleur solitaire, champion de jet ski ? L’artisan de cette prouesse, Franky Zapata, breveta sa machine volante et commença à les vendre. Non seulement des championnats européens et mondiaux de Flyboard® hydro-propulsés sont désormais organisés chaque année, mais l’homme est allé plus loin dans sa quête des airs. Il y a quelques mois, il dévoilait un prototype révolutionnaire capable de voler sans être rattaché à une alimentation électrique ni à un plan d’eau. Véritable transport autonome du futur, son engin a fait son entrée dans le livre Guiness des records et il suscite des convoitises. Aujourd’hui, Franky Zapata est à la tête d’une entreprise d’une dizaine de salariés et les Américains souhaitent acheter au prix fort ses secrets de fabrication.

Parfait pour espionner les voisins qui habitent en hauteur...
Parfait pour espionner les voisins qui habitent en hauteur…

Bricoleur et champion de jet ski

Cette aventure, l’homme l’a construite chez lui, dans les Bouches-du-Rhône. Artisan autodidacte, c’est là qu’il a appris à bricoler. « J’ai toujours été passionné par le bricolage. Je m’y suis mis dès le plus jeune âge, vers 4-5 ans. J’ai arrêté l’école à 15 ans, puis je me suis lancé dans la compétition de VNM [véhicules nautiques à moteur] dès l’année suivante. Je me suis formé seul, c’était assez difficile au début », explique cet inventeur atypique. Un peu plus tard, l’homme devient pilote d’usine pour le constructeur BRP. « C’est à ce moment-là que j’ai découvert la recherche et développement avec un objectif clair : gagner les courses et être le plus performant ». Six titres européens et deux championnats du monde plus tard, Franky Zapata décide de concevoir ses véhicules nautiques tout seul et crée sa propre marque. Il développe lui-même une coque d’un nouveau genre et bricole l’hydro-propulsion de ses motos des mers. Son équipe, Zapata racing, enchaine les trophées. La vitesse et la stabilité atteintes par ses jets ski stupéfient les concurrents. Dans le même temps, l’homme invente une planche hydro-propulsée, sorte de surf poussé par l’éjection de l’eau puisée dans la mer.

« Une nouvelle vision du transport humain »

Franky Zapata a un autre rêve secret : celui de piloter des engins volants. A 16 ans, il est recalé d’une tentative en hélicoptère pour cause de daltonisme. Qu’à cela ne tienne ! Il inventera plus tard son propre engin, le flyboard® relié à un jet ski pour bénéficier de sa turbine d’injection d’eau. La création de cet engin révolutionnaire est très rapide. « De l’idée à la conception, cela s’est fait en deux mois à peine. J’ai immédiatement testé mon premier prototype ; c’était très fort, cela procurait une sensation de liberté énorme ! Puis j’ai tout de suite breveté la machine ». La vidéo du vol fait le tour du net, la presse commence à relayer l’information et des célébrités essayent les engins hydro-propulsés de Zapata racing, participant ainsi à sa médiatisation. En quelques années, l’entreprise basée à Le Rove a vendu 10 000 de ses machines. Construites exclusivement en France – sauf les chaussures et les tuyaux qui ne contiennent pas de secrets de fabrication –, elles ont été financées sur fonds propres. « Au début, cela a été compliqué. Le financement provenait des ventes de jet ski. Nous avons tout auto-financé. Les choses devraient changer avec notre prototype Flyboard air®. Nous avons de nouveaux sponsors, Breitling et Crosscall. Et nous préparons une fusion avec une autre entreprise ».

Les Américains dégainent leurs dollars

Le Flyboard air® ? C’est une petite plateforme volante autonome, capable de se déplacer à 150 km/h et d’atteindre 3 000 mètres d’altitude grâce à des turboréacteurs miniatures d’une puissance de 250 chevaux chacun. Une sorte de drone commandé in situ par son pilote, en position debout, qui offre une stabilité exceptionnelle. Un transport du futur pour les armées, les policiers ou les civils, dont le prix de vente devrait s’étalonner entre 50 000 et 150 000 euros. C’est pourquoi son concepteur a été contacté par des organismes privés et parapublics de plusieurs pays. Ces machines volantes pourraient en partie échapper à la France. Intéressée par leur application militaire, une société américaine spécialisée dans la détection à distance d’explosifs (Implants Science) dont les quatre dirigeants ont travaillé pour le gouvernement états-unien, pourrait mettre la main sur une partie des activités de la TPE française, en plaçant 15 millions de dollars sur la table. Ce projet, dévoilé cet été, ne marquerait pas pour autant le terme des activités de Franky Zapata. « Quand tu sais développer un jet ski, vu la complexité (moteur et mécanique, coque et hydrodynamique, mécanique des fluides sur les turbines…), tu sais développer plein d’autres machines. En tant que pilote, je suis capable de faire le lien entre l’homme et le comportement d’une machine. J’ai envie de continuer à développer les engins les plus incroyables, de donner une nouvelle vision du transport humain ». On attend déjà le prochain prototype…

Ludovic Greiling

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici