Les innovations en matière d’automatisation et de véhicules connectés avancent à grands pas et investissent les voitures standard. A quoi pourrait bien ressembler celle de 2050 ?

Peut-être le retour de la mode des volants moumoute ?
Peut-être le retour de la mode des volants moumoute ?

C’est en sortant du bar, légèrement vacillant, qu’il se rend compte qu’il a tout de même un joli petit coup dans le nez. Mais il avait sacrément besoin de décompresser après cette journée passée à plancher avec ses collègues ingénieurs sur un nouveau véhicule solaire. Heureusement que demain est son jour de repos…

Incapable de se souvenir de l’endroit où il a garé sa Peutronault 451 électrique – au design délicieusement rétro, créée suite à la fusion, deux ans plus tôt, de PSA et Renault –, il sort de leur étui ses smartglasses et les chausse. Un quart de seconde plus tard, elles ont scanné la rue : aucune trace de son véhicule. Ses lunettes lui proposent alors de le géolocaliser et de le faire venir jusqu’à lui. D’un hochement de tête, il accepte. Quelques minutes plus tard, son véhicule arrive à son niveau et s’y arrête. La portière coulisse automatiquement et Lothar (les prénoms allemands étaient à la mode en 2020) y pénètre et se laisse tomber sur un confortable siège en nanocuir.

Alors qu’il pose les mains sur le volant, un signal sonore se fait entendre. L’alcootest intégré a analysé l’air qu’il expirait et le résultat est sans appel. L’écran de bord clignote et un message apparaît : « Conduite non-autorisée ». Lothar pousse un râle de mécontentement, mais n’a pas le choix.
« Alors, encore saoul ?
– Oh, la ferme.

L’assistante vocale de son véhicule est décidément très taquine et familière, mais moins rébarbative que les autres choix proposés – un jeune cadre au ton hautain ou une voix bourrue à l’accent du sud-ouest. Alors il s’en accommode et effleure l’écran de bord tactile pour sélectionner la destination « domicile ».
– Sage décision. J’ai eu peur que vous ne m’indiquiez un autre bar. »

Il soupire mais sourit. Le pilotage automatique s’enclenche et, lentement à son goût, la voiture s’engage sur le boulevard Saint-Germain. Cette option ne permet en aucun cas de dépasser les limitations de vitesse fixées. Au début, les gens ont râlé : et leur liberté de conducteurs, alors ? Mais les résultats ont été époustouflants et ont fait drastiquement chuter le nombre de morts sur les routes. Le « Zéro Accident » qui semblait autrefois un Graal inatteignable, est en passe de devenir réalité. Avec le vieillissement de la population européenne et la hausse de la consommation de drogues de synthèse chez les plus jeunes, l’automatisation croissante de la conduite était de toute façon devenue une nécessité pour éviter les drames.

La Peutronault 451 glisse sans un bruit sur le nanobitume adaptable à la météo. Son moteur 100% électrique est absolument silencieux. Les véhicules qu’il croise le sont également, preuve que la décision d’interdire voitures thermiques et hybrides dans les centres urbains porte enfin ses fruits. La vitre baissée, il écoute, observe et respire la ville. Et s’interroge : comment les gens ont-ils pu supporter si longtemps les gaz d’échappement ? Il est tiré de ses réflexions par la voix de l’assistance lui lisant un texto qu’il vient de recevoir sur son iPhone 18, puis lui annonçant qu’il a reçu trois mails qu’elle énumère également. Elle lui propose de dicter des réponses pour chacun d’eux et de les envoyer pour lui. Trop fatigué. Il s’en occupera demain.

L’application « Visite touristique », qui commente les lieux dans lesquels passe la voiture, vient encore de se lancer toute seule. Espérons que la prochaine mise à jour automatique du véhicule corrigera ce bug. Si rien n’est fait, il finira par le revendre et se mettra à l’auto-partage automobile, devenu depuis quelques années la norme, mais auquel il s’était jusqu’ici refusé. En attendant, il coupe le volume et commence à visionner un remake 3D de Retour vers le futur sur l’écran virtuel rétro-projeté par l’ordinateur de bord. Mais ses pensées sont ailleurs. Il songe à la dernière rumeur entendue au bureau : les États-Unis connaîtraient des problèmes de rébellion automobile. Le développement de leur autonomie et de leur intelligence artificielle serait en train de dépasser l’homme. Devenant peu à peu conscientes de la dépendance des humains, les voitures commenceraient à réclamer de meilleures conditions de fonctionnement. En Californie, un premier mouvement de grève des véhicules serait sur le point d’éclater. Bercé par l’air nocturne, il s’assoupit.

Article réalisé par Julien Fournier

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici