Et l’emploi dans tout ça ?

Professionnels et simples citoyens s’accordent tous une chose : la campagne présidentielle 2017 ne ressemble à aucune autre. Si l’on devait oser la comparaison, on parlerait d’un film inédit alliant un scénario hitchcockien à la réalisation fantasque et burlesque d’un Tim Burton. Détonnant, comme mélange. Mais est-ce pour autant synonyme de succès ? Au vu des prévisions quant à l’abstention, on est en droit d’en douter.

Les passionnées de politiques politiciennes sont en extases, les journalistes spécialises – selon leur propre aveu – sont aussi excités qu’épuisés par les rebondissements quasi quotidiens qui leurs sont proposés. Chef d’entreprise engagé, je ne peux que m’inquiéter. Non pas que je sois un pessimiste notoire, j’ai d’ailleurs plutôt l’habitude que l’on me reproche le contraire, mais quand même. La première raison de cette inquiétude, c’est l’odeur. Les relents qui nous frôlent les narines depuis plusieurs semaines, sur fond de recherche permanente du scandale et d’affaires en tous genres (je dis cela, j’insiste, sans aucun esprit partisan, sentent fort la campagne « made in USA ». Dont on se rappelle comment elle a terminé, avec un vainqueur dont la déontologie et les pratiques s’apparentent au pire du pire.

La seconde et principale raison de mon inquiétude, et d’une vraie déception, c’est évidemment l’absence de fond. Le cirque ne laisse pas vraiment la place au débat. Et quand débat il y a, la multitude des sujets abordés empêche de creuser les sujets. L’emploi en est le meilleur exemple. Quelles mesures sont proposées par les candidats pour lutter contre le chômage, sujet majeur du quinquennat se terminant et sans doute sujet majeur, avec la lutte contre le terrorisme, de celui qui s’apprête à démarrer ? Le problème, avec l’absence de place pour les programmes, c’est que l’on est en droit de s’attendre au pire : par exemple de voir se résumer l’incitation des TPE et PME à embaucher à une aide de 2000 euros par an. Un peu faible comme mesure, quand on sait que 80% de l’emploi ces vingt dernières années ont été créés par ces petites entreprises… Alors, oui, on attend mieux.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici