Publiée par la London School of Economics, une étude baptisée « Aux origines du bonheur » montre qu’en moyenne les gens ne sont pas devenus plus heureux depuis 50 ans, malgré des revenus moyens qui ont plus que doublé. En effet, ce qui rendrait heureux les gens serait avant tout leurs relations avec autrui et leur santé plutôt qu’une belle situation financière. Un constat qui pousse l’auteur de l’étude, Lord Richard Layard, à constater que si les politiques publiques agissent sur la pauvreté, elle réduisent le mal-être de 5% dans la population d’un pays, alors qu’un potentiel de 20% de réduction de ce mal-être pourrait être atteint si elles agissaient sur la dépression ou l’anxiété. Une idée nouvelle à souffler à nos candidats à l’élection présidentielle pour nous faire voir la vie en rose ?

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici