Le décryptage de la pensée

Comment se protéger contre le vol de « nos pensées » ? L’appel des scientifiques Marcello Ienca, neuroéthicienne de l’université de Bâle, et de Roberto Andorno, avocat spécialisé dans les droits de l’homme de l’université de Zurich, donne matière à réflexion. Ils demandent ni plus ni moins la reconnaissance de nouveaux droits au vu des avancées des neurotechnologies, afin de protéger nos pensées contre l›accès, la collecte, le partage et la manipulation des données du cerveau humain : premièrement le droit à la liberté cognitive, donc la possibilité d’utiliser ou de refuser la stimulation cérébrale et d›autres techniques pour modifier l’état mental ; deuxièmement le droit à la confidentialité mentale, sachant que des scientifiques ont déjà réussi à reconstituer des extraits d’un film en scannant le cerveau de participants ; troisièmement le droit à l’intégrité mentale pour anticiper les risques de « hacking », de prise de contrôle des appareils auxquels une personne est connectée ou de transmission de faux signaux vers le cerveau de l’utilisateur. Quatrièmement le droit à la continuité psychologique car de telles technologies, notamment à des fins médicales, peuvent bouleverser la façon dont une personne se perçoit, s’identifie. Il s’agit de rester la même personne ! Science-fiction ? Pas vraiment. Dernièrement des chercheurs de Stanford ont créé un implant crânien qui permet à des personnes paralysées d›écrire huit mots par minute. Facebook vise la vitesse de 100 mots par minute « d’ici quelques années »,  ce qui serait cinq fois plus rapide que ce qu’on tape aujourd’hui sur notre smartphone. Plus de 60 scientifiques et ingénieurs travaillent à inventer des capteurs non invasifs sur un casque ou un bandeau, au sein de Building 8, le nouveau labo de l’entreprise, entouré d’une culture du secret digne de celle qui entoure Google X poursuivant le même but. Les GAFA sont de la partie, pour à terme supprimer les écrans. Ces interfaces paraîtront inutiles aux générations futures. Les assistants vocaux ont fait leur apparition, et les énergies sont désormais tournées vers l’élaboration de la commande par la pensée. Dès lors, la crainte qu’on puisse lire, détourner, voler nos informations cérébrales devient sensée…

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici